NEWSLETTER

SOCIALIZE

REQUEST

All images and site content copyright © 2019 Louise Van Reeth

Rechercher

Animals, vegetables and minerals take part in the world of art. The artists feels attracted by their physical, chemical and biological possibilities, and he begins again to feel the need to makes things of the world, not only as animated beings, but as a producer of magic and marvelous deeds. The artist-alchemist organizes lining and vegetables matter into magic things, working to discover the root of things, in order to re-find them and exto them. His work, however, does include in its scope the use of simplest material and natural elements (copper, zinc, earth, water, river, land, s


now, fire, gras, air, stone, electricity, uranium, sky, weight, gavity, heights, growth, etc.) for a description or representation of nature. Whet interests him instead is the discovery, the exposition, the insurrection of the magic and the marvelous value of natural elements. Like a organism of simple structure, the artist mixes himself with the environnement, camouflages himself, he enlarges his threshold of things. (…)


Giovanni Anselmo, Senzo titolo (Struttura che mangia), 1968. Granit, fils de cuivre et laitue fraîche, 70 x 23 x 37 cm.

© Giovanni Anselmo © Centre Pompidou, Direction de l'action éducative et des publics, 2001.

6 vues

(...) Les plus grands éléments de la Nature sont, je crois, les plus agréables à contempler; et, après la voûte des Cieux, les espaces immenses de l'éther et l'admirable vision des étoiles, il n'est rien qui réjouisse davantage mes yeux et mon âme que le vaste Océan et les hautes montagnes de la Terre. Celles-ci, comme celui-là, ont je ne sais quoi de grandiose et d'auguste, qui inspire à l'esprit de magnifiques émotions et méditations. Alors, spontanément, la pensée s'élève, pour le vénérer, vers le suprême Auteur et Créateur des choses; et nous reconnaissons avec joie que notre esprit, qui contemple cette grandeur, n'est point si petit. Tout ce qui recèle ne fût-ce qu'une ombre d'Infini, emplissent nos sens pour que nous puissions aisément comprendre, répandent en notre âme une sorte d'agréable stupeur. (...)



© Thoma Burnet, repris p. 284 in Umberto Eco, Histoire de la Beauté, Paris, Flammarion, Groupe Madrigall, 2010.© Umberto Eco




© Karl Friedrich Schinkel, The Gate In The Rocks, huile sur toile, 74 x 48 cm, 1818, Berlin, Alte Nationalgalerie.


17 vues

" Dans son nouvel essai Sauver la beauté du monde (éditions Iconoclaste, 2019), Jean-Claude Guillebaud choisit l'émerveillement face à la beauté rare et précieuse du monde."

"Ne faudrait-il pas enseigner la beauté du monde, aussi importante que les mathématiques, la physique, le latin. Changer de regard changer d'yeux. Aujourd'hui, on ne prend plus le temps de s'arrêter et de regarder. Est-ce par peur d'être considéré comme simplet car oui, soi-disant, être dans le coup c'est être cynique, galoper toujours, pousser l'intellect et ne pas contempler...."


La Terre au carré, présentée par Mathieu Vidard. émission du vendredi 25 octobre 2019 à réécouter ci-dessous!



1 vue